La mauviette et l’épouse sexy

Au cours de ma carrière de vendeur d’immobilier, j’ai été en contact avec toutes sortes de personnes. Cependant, un couple me semble être le plus remarquable et le plus érotique que j’ai jamais rencontré.

Sonny, et sa séduisante épouse Bonnie, sont venus dans mon bureau un jour et m’ont dit qu’ils voulaient voir quelques maisons dans le quartier dans une certaine fourchette de prix.

Après les présentations habituelles et les habituelles poignées de main, j’ai sélectionné à l’ordinateur une demi-douzaine de propriétés qui répondaient à leurs exigences.

Comme je n’avais pas d’autres rendez-vous cet après-midi-là, nous nous sommes entassés dans ma voiture et nous sommes partis. Sonny s’est assis à l’avant, alors j’ai commencé à le mesurer au fur et à mesure que nous avancions.

C’était un type décontracté, d’âge moyen, avec une légère bedaine et qui n’avait pas grand chose à dire. Je ne voyais Bonnie que dans le rétroviseur et, à l’occasion, je jetais un coup d’œil par-dessus mon épaule. Elle semblait être du genre à “prendre les choses en main” et c’est elle qui parlait le plus. D’après ce que j’ai pu voir, elle était très jolie et semblait plus jeune que son mari de quelques années seulement.

Comme nous avons visité plusieurs maisons, j’ai eu plus de chances de voir Bonnie. Sa personnalité ne ressemblait pas du tout à celle de Sonny. Sa tenue vestimentaire était également différente, une tenue conservatrice, sans tentative de cacher le corps voluptueux qui se trouvait en dessous. Bien taillée et bien proportionnée, elle portait la tête haute et expulsait fièrement ses seins généreux et pointus. Elle prenait visiblement soin d’elle au niveau du corps. J’ai également remarqué que lorsque nous parlions, elle me regardait de haut en bas et que lorsque nos regards se croisaient, elle me souriait légèrement et sa langue sortait entre ses dents pour toucher sa lèvre supérieure. Plus d’une fois, j’ai eu la certitude qu’elle se brossait intentionnellement les seins contre moi. Elle n’a fait aucun commentaire ou excuse, mais j’ai cru entendre son murmure “Mmmm”, sur un ton approbateur.

Il est devenu évident que Bonnie était la personnalité dominante des deux. Elle semblait parler de façon condescendante à Sonny et même le rabaisser à plusieurs reprises.

Elle ne lui demandait pas son avis sur grand chose. Cela ne semblait pas déranger Sonny du tout. Je suppose qu’il était habitué au traitement. À la fin de la journée, je voyais Sonny comme une mauviette. Mais Bonnie, c’était une autre histoire. Je l’imaginais au moins comme une taquine flirteuse. Peut-être plus.

En rentrant au bureau, Bonnie a suggéré que nous nous revoyions le lendemain.

On s’est mis d’accord sur un moment, on s’est serré la main et ils se sont dirigés vers leur voiture.

Le lendemain, on m’a préparé une liste de cinq maisons pour montrer où je savais que les propriétaires ne seraient pas chez eux. Mais je n’étais pas préparée à ce qui allait arriver par la porte.

Sonny était un homme décontracté, mais le changement d’apparence de Bonnie était stupéfiant. Sa tenue révélatrice était destinée à mettre en valeur sa silhouette de dynamite. Le chemisier qu’elle portait était en soie blanche très pure, à travers laquelle je pouvais voir un soutien-gorge en dentelle couleur chair. Un soutien-gorge si fin que l’aréole foncée autour de ses tétons était visible à travers. Sa jupe bleu marine était ajustée, mais pas trop serrée, et montrait ses fesses fermes et bien arrondies. Elle était coupée au-dessus des genoux avec une fente des deux côtés exposant beaucoup de jambes. Des talons hauts et des bas foncés complétaient l’ensemble qui attirait le regard. Même ses cheveux auburn étaient coiffés de manière libre et insouciante.

Sonny a grogné quelque chose pendant que nous nous serrions la main. Les seins de Bonnie ont rebondi presque sans retenue lorsqu’elle a traversé la pièce pour me saluer. Je commençais à penser que mon évaluation de ces deux-là était proche de la réalité.

Dans la voiture, Bonnie était assise à côté de moi avec Sonny à l’arrière. Elle s’est penchée sur la banquette de ma vieille Benz pour pouvoir nous voir tous les deux sans se retourner. En s’installant, Bonnie a relevé sa jupe sur ses cuisses, montrant ainsi ses longues jambes bien galbées. La jupe relevée lui a permis de reposer un genou haut sur le siège, révélant son entrejambe recouvert de culotte. Une tache sombre de poils pubiens était clairement visible. Soit elle n’était pas consciente d’avoir tiré sur moi avec son castor, soit elle s’en fichait en continuant à mener la conversation. Ses seins débordants faisaient saillie autour du baudrier et tendaient le chemisier contre eux. Sonny ne pouvait rien voir de tout cela depuis sa position sur le siège arrière. J’appréciais l’exposition quand, avec une certaine déception de ma part, nous sommes arrivés à la première maison juste au moment où je sentais le début d’une érection.

J’ai sonné plusieurs fois sans m’attendre à ce que personne ne réponde. Personne ne l’a fait, alors j’ai ouvert le coffre pour prendre la clé de la maison et nous laisser entrer. Une fois à l’intérieur de la maison bien aménagée, j’ai appelé pour faire savoir à tout le monde que nous étions là.

Il n’y a pas eu de réponse. Sonny s’est dirigé dans une direction et Bonnie dans une autre. Je suis resté avec Bonnie en pensant qu’elle serait en fin de compte le décideur. De plus, je voulais avoir une chance de la mettre à l’écart, loin de Sonny. J’étais tout près derrière elle, alors qu’elle se promenait dans un couloir, regardant rapidement dans chaque pièce comme pour s’assurer qu’il n’y avait personne. Elle a soudain changé de direction juste devant moi, me faisant presque tomber. Elle a pressé son corps contre moi, me poussant contre le mur et m’a embrassé sur les lèvres. Elle m’a dit : “Je suis très excitée. Et c’est sûr que tu m’excites, mon grand. On ferait mieux de faire quelque chose, tu ne crois pas ?” Avec ça, elle a mis sa main sur ma bite et l’a bien serrée. J’ai fait de mon mieux pour me remettre des avances soudaines alors qu’elle se dirigeait vers la cuisine.

Sonny était assis à la table de la cuisine lorsque nous sommes entrés et Bonnie a annoncé,

“Eh bien Sonny, cette maison semble bien s’adapter. Tu ne trouves pas ?”

“Uh huh”, marmonnait-il. “Tout ce que tu veux, mon chéri.”

A ce moment-là, j’étais arrivé derrière elle. Elle a mis ses mains derrière son dos et m’a fait signe, avec ses doigts, de m’approcher. Je m’approchai assez pour saisir le délicieux parfum de ses cheveux. Puis je me suis approché jusqu’à ce que nous nous touchions.

Ses mains ont trouvé ma queue qui poussait et elle a commencé à me caresser dans mon pantalon pendant que Sonny regardait sans le savoir.

À Sonny, elle dit d’une voix rieuse

“Tout ce que je veux ? Ce que je veux maintenant, c’est que ce grand gaillard se frotte les mains sur moi !”

Je lui massais déjà les joues du cul quand elle a pris mes mains et les a déplacées vers son ventre, puis les a guidées sur son corps jusqu’à ce qu’elle les presse enfin sur ses seins. Avec un sein dans chaque main, j’ai serré et caressé doucement, en faisant des cercles lents.

Les yeux de Sonny se sont ouverts en grand lorsqu’il a vu ce qui se passait. Il s’est mis à crier,

“Hé, qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu fous avec ma femme ?”

“Oh, tais-toi, idiot”, dit Bonnie avec un rire sarcastique. “Il me donne une bonne sensation, voilà ce que c’est. C’est plus que ce que j’ai eu de toi ces derniers temps.

Qu’est-ce que tu vas faire, Sonny Boy ?”, comme si elle savait qu’il ne se disputerait pas. Je n’arrivais pas à croire que Sonny subissait ses abus. En riant, elle lui a demandé,

“Vous voulez mieux voir ce qu’il ressent ? Je sais que vous aimez me regarder.”

Bonnie a déboutonné le chemisier jusqu’au bout et a tiré la queue de la chemise sous sa jupe. Elle a tenu son chemisier ouvert pour que son mari puisse voir ses beaux seins. La mâchoire de Sonny s’est ouverte. J’ai remonté son soutien-gorge et caressé ses seins nus pendant qu’il regardait, les yeux écarquillés et sans voix. J’ai frotté ses tétons, les tordant jusqu’à ce qu’ils durcissent et se redressent.

Bonnie a ri, a mis ses mains sur la table et s’est mise à broyer son cul bien galbé contre ma bite raidissante, laissant ses seins se balancer librement. Pendant tout ce temps, elle regardait directement Sonny.

“Comment tu trouves ça, petit homme ?”, demanda-t-elle à son mari.

Un léger sourire croisa ses lèvres et il se tortilla sur sa chaise. J’ai gardé les yeux sur Sonny, en attendant qu’il vienne nous séparer. D’après le renflement de son pantalon, je pouvais voir qu’il était excité.

Mais il n’a rien fait pour nous arrêter. J’ai donc soulevé la jupe de Bonnie, caressé son cul et fait courir ma main entre ses joues en écartant ses jambes pour lui caresser la chatte. Je pouvais sentir l’humidité à travers sa culotte. Elle était trempée. J’ai écarté sa culotte et j’ai passé mes doigts sur les plis détrempés de sa chatte nue en cherchant son cilt, en jouant avec elle.

“Tu veux que je te baise, n’est-ce pas ?”, ai-je murmuré, assez fort pour que Sonny l’entende.

“Oh, mon Dieu, oui… Je veux que tu sois en moi !”

“Qu’est-ce qu’on fait de Sonny ?”, lui ai-je demandé.

Elle a ri et m’a dit,

“Je me fous de ce que vous lui faites. Il peut rester et surveiller tout ce qui m’intéresse. Il a toujours parlé de faire une partie à trois.”

Alors que Sonny regardait fixement, son visage rougit. Puis il a dit,

“Je… Je t’aurai pour ça, salope.” Son sourire grandit et il commença à jouer avec lui-même.

“Salope, eh. … eh bien Sonny, je suppose que tu m’as découvert ! Maintenant, tu peux regarder cette salope se faire clouer sur la table”, lui rétorqua t-elle.

Elle ricana, face à son mari, alors que je lui enlevais sa culotte et que j’enlevais la fermeture éclair de mon pantalon. Elle s’est penchée sur la table, a courbé son dos et a écarté ses jambes pour que je puisse lui rentrer dedans par derrière. Ma bite était tellement engorgée que j’en avais presque mal. D’un seul coup, j’ai enfoncé toute la longueur de ma viande dans la chatte trempée de Bonnie. Elle a aspiré une profonde respiration et a poussé un cri,

“OH MY, tu es grand !” Elle s’est levée pour rencontrer ma pénétration.

“Baise-moi, bébé… baise moi fort”, criait-elle.

Je lui ai serré les hanches et j’ai commencé à lui pomper la bite sans pitié. Chaque plongeon semblait être plus profond. Bonnie riait et pleurait en même temps, en criant : “Baise-moi… plus fort, bébé… remplis-moi… fais-moi jouir.”

J’ai enfoncé mon manche en elle pendant plusieurs minutes, puis j’ai tenu son cul contre mon aine pendant qu’une charge de sperme chaud explosait violemment dans sa chatte serrée. Ma bite s’est enfoncée dans son corps à plusieurs reprises, tandis que je jetais mon jus dans son trou d’amour. Elle l’a adoré et son corps a frémit de vagues d’orgasmes. Elle a émis un long et faible gémissement, “Oooooooooh… yesss.” Nous étions tous les deux à bout de souffle et je pouvais sentir la sueur qui coulait dans mon dos. Quelle formidable ruée. Après une courte pause, j’ai retiré ma bite flétrissante de la chatte trempée de Bonnie. J’ai tourné Bonnie vers moi, lui ai donné un gros baiser mouillé et l’ai fait monter sur la table. Mon sperme s’écoulait de sa chatte et coulait le long de ses jambes.

En regardant Sonny, je lui ai dit : “Viens par ici, Sonny Boy.” Il s’est levé doucement. Nous pouvions tous les deux voir la grande tache humide sur le devant de son pantalon.

La petite merde avait du sperme dans son pantalon. Embarrassé, il s’est avancé vers nous et s’est mis à côté de Bonnie en regardant sa chatte usée. Ses yeux s’élargirent d’excitation. Elle respirait fort, ses seins se soulevaient de haut en bas.

Elle se reposait avec les coudes sur la table, les jambes écartées. Ses lèvres de chatte gonflées suintaient de nos jus. Elle se moquait de son mari, le narguant encore plus.

J’ai posé une main sur son épaule et, avec une petite pression vers le bas, j’ai ordonné,

“À genoux… à genoux. Maintenant, lèche la chatte de ta femme jusqu’à ce qu’elle soit bien propre. Suce bien sa chatte et ne manque pas de sperme.”

Sonny s’est mis à genoux et a ouvert sa braguette. Bonnie a enlevé ses chaussures et a posé ses pieds sur ses épaules. Il l’a sucée et léchée avec un plaisir évident et a commencé à se branler. Elle m’a fait un grand sourire et a hoché la tête en signe d’approbation, puis elle a poussé un autre gémissement fort alors que son corps frémissait de plus en plus d’orgasmes. J’ai aussi regardé le sperme de Sonny s’écouler sur le sol.

Je me suis rapidement déplacé à côté de Bonnie et j’ai de nouveau mis la main sur ses beaux seins. En pinçant les tétons de Bonnie en érection, je l’ai fait couiner de joie. Ma bite à moitié dure était maintenant juste devant son visage.

“Ici, salope, suce-moi aussi”, ai-je réalisé.

Bonnie rit, dit : “Umm, délicieux… merci, bébé”, et saisit ma queue mouillée. Elle m’a avidement aspiré dans sa bouche qui l’attendait. Sa langue a tourné autour de la tête sensible et gonflée de mon pénis, pour mon plus grand plaisir, et elle m’a donné une profonde gorge jusqu’à ce que je redevienne dur. Quel talent ! Je ne pouvais pas me retenir plus longtemps. J’ai vidé un autre chargement de sperme chaud dans son gosier.

Nous nous sommes remis ensemble, nous avons nettoyé et fermé la maison à clé. En retournant à la voiture, je me suis dit : “Oh merde, on a encore quatre maisons à voir.”